Bessèges / La Grand-Combe : Accro à la cocaïne , un infirmier libéral détourné plus 450.000 EUROS

04/07/2022

Afin de financer sa consommation excessive de cocaïne, un infirmier libéral de 31 ans a facturé de fausses prestations médicales à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Gard pour un préjudice total supérieur à 450.000 euros.

Profitant de remplacements au sein des cabinets médicaux de la Grand-Combe et de Bessèges , ces dernières années, un médecin libéral a détourné plus de 450.000 euros auprès de la CPAM du Gard avec de fausses factures, selon le Midi Libre.

La même source a indiqué que ce dernier avait volé des médicaments chez des patients ou au sein des cabinets où il a exercé entre mars 2019 et juin 2021, à la date de son interpellation.

Le suspect de 31 ans a également modifié des ordonnances de médecins afin de détourner plus de fonds pour satisfaire ses addictions.

UNE CONSOMMATION DE 10G DE COCAÏNE CHAQUE JOUR

Lors de son procès et de son audition cette semaine, l’infirmier a fait état d’une consommation quotidienne excessive de drogue dure l’ayant poussé à commettre ces méfaits.

«J’étais accro aux benzodiazépines (des médicaments luttant contre le stress, NDLR).

J’ai perdu le contrôle.

Je ne savais plus ce que je faisais.

J’en prenais depuis l’école d’infirmier, en 2018, car j’étais enfermé dans un mal-être permanent.

Avec ce médicament, je me sentais mieux.

Ensuite il y a eu la cocaïne…

Je consommais 10g quotidiennement, ça me coûtait près de 800 € par jour», a témoigné le trentenaire dont les propos ont été rapportés par le journal local.

«Comment voulez-vous soigner les autres si vous ne vous soignez pas vous-même d’abord ?», a alors interrogé la présidente de l’audience, avant que le prévenu ne lui réponde.

«C’est à cause de ma fierté mal placée.

J’ai été deux ou trois fois chez l’addictologue, mais recevoir des soins remboursés par la sécurité sociale après ce que j’ai fait, ça me dérange. Aujourd’hui, je ne fais plus rien.

Je suis toujours dans l’interdiction d’exercer en attendant le résultat du procès.

Je voudrais retravailler dans une structure, j’aime mon métier, je ne me vois pas faire autre chose», a témoigné l’homme de 31 ans.

Le verdict final a fait état d’une peine de trois ans de prison avec sursis probatoire pendant trois ans pour l’infirmier, accompagnée d’une obligation de soins et d’une interdiction d’exercer le métier d’infirmier libéral pendant 5 ans.

Le prévenu devra également rembourser les 450.000 euros détournés auprès de la CPAM.

Relayé : cnews.fr

linkedinrssyoutubeby feather
Facebookredditpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *